Vous êtes ici

musique-et-reve

Sommeil et Musique

L'influence de la musique sur notre sommeil et nos rêves

 

En 2017, un grand concert donné à la Philharmonie de Paris invitait son public à se présenter muni de son oreiller, de sa couette pour un concert expérimental de huit heures d’une partition conçue pour être écoutée allongé (par le compositeur berlinois Max Richter).
Certains rythmes musicaux ont un effet d'entraînement sur les rythmes du sommeil, explique Sophie Schwartz, professeur en neurosciences à la faculté de médecine de l'université de Genève :

Les effets de la qualité mélodique de la musique sur le sommeil ne sont pas bien connus.
En revanche, nous savons que des stimulations sensorielles, y compris de simples sons, peuvent entraîner les rythmes d'activité cérébrale typiques de l'endormissement et du sommeil.
On pense que la musique pourrait, notamment à cause d'une forme de rythmicité, favoriser la transition entre éveil et sommeil et que ces rythmes musicaux ont probablement le même effet d'entraînement des rythmes du sommeil.

Est-ce que des musiques qu'on écoute en dormant peuvent déclencher des émotions apaisantes, stimulantes, tristes voire générer des rêves?

Léon d'Hervey de Saint-Denys, membre du collège de France et de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, a mené plusieurs expériences publiées en 1867. Il s'intéressait aux rêves sur le plan expérimental.
Il avait prié le chef d'orchestre de bals auxquels il se rendait de jouer telle musique quand il dansait avec telle femme et telle autre quand il dansait avec une autre. En refaisant jouer sur des boîtes à musique un air ou l'autre pendant son sommeil, il a noté rêver systématiquement de la femme qui y était associée.

La musique agit-elle sur les fuseaux qui comme les ondes lentes apparaissent dans le sommeil?

Quelques données suggèrent que la musique relaxante ou répétitive pourrait avoir un effet d'entraînement bénéfique sur le sommeil et également générer une modification de l'état de conscience: relaxation, transe ou hypnose.

Source : Ariane Bavelier, Figaro

Partager cette actualité sur les réseaux sociaux :

Retour au site